menuon
Plan




Eglise Saint Saturnin de Palairac

Couize et Couiza

De la confusion entre les deux noms



Voici un autre exemple de source « arrangée » par un ouvrage qui traite encore de Rennes-le-Château et qui pourrait faire croire que les mines du Cardou ou de Blanchefort sur Rennes-les-Bains étaient d'importance sur foi d'un témoignage du passé. Combien de "chercheurs" ont vainement essayé de trouver cette étonnante mine ?
Cet exemple provient des pages 96 et 97 du livre de Gérard de Sède « Rennes-le-Château, le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses » (1), paru en 1988 chez Robert Laffont dans la collection « les énigmes de l'univers ».
Dans ces deux pages, en citant comme source « Du flux et reflux de la mer et des longitudes, avec des observations sur les mines de France » par César d'Arçons, Paris, 1667, pp. 339-341, Gérard de Sède rapporte la description d'une mine qu'il situe à Blanchefort :

« En 1668, l'ingénieur César d'Arçons nous parle d'une mine d'argent qu'il visita lui-même et la décrit avec précision : 'Un ouvrage des anciens Romains est au pied de la montagne, tout creusé dans le roc, de six pieds de haut et autant de large. J'y suis entré jusqu'à 350 pas de profondeur à plain-pied. Les personnes qui me conduisirent et qui y avaient été vingt ans auparavant reconnurent aux grands décombrements qu'on y voit rangés à droite et à gauche et qui y bouchent d'autres ouvertures, qu'on y avait depuis beaucoup travaillé. Elles me firent remarquer dans ce fond une autre ouverture qui descend du sommet de la montagne, et qui a par conséquent plus de 200 toises de profondeur. Il est évident que c'est par là qu'on a ouvert cette mine et que la basse ouverture où j'étais entré est l'arbistol que l'on fit pour faire sortir les eaux qu'on y rencontre et qui en sortent toujours depuis comme une grosse source. Le reste de matière qui s'y trouve en quelques endroits montre que c'était une mine d'argent.'
César d'Arçons appelle cette mine « le filon d'Albezun ». Au point de vue toponymique, cela nous laisse le choix entre le Bézu et Blanchefort, tous deux désignés dans les vieux textes par le vocable gallo-romain Albedunum qui signifie « forteresse blanche ». Mais la description détaillée qu'il donne des lieux, ainsi que, nous allons le voir, les relations d'auteurs postérieurs, indique que c'est bien de la montagne de Blanchefort qu'il s'agit. »


Tout cela est totalement faux ! La mine décrite ne se situe nullement dans les environs de Rennes-les-Bains !

Le texte d'origine est détourné comme c'est souvent le cas avec les écrits "para-historiques".

Déjà pourquoi de Sède donne-t-il 1668 comme date de rapport de César d'Arçons alors qu'il cite en référence un ouvrage publié en 1667 ? Mais passons...

 La description de César d'Arçons donnée est celle de la mine de La Canal à Palairac, dite encore mine de Couize (nom du lieu), sise au tènement appelé "Peyrecouverte", prise au chapitre VII de son mémoire de 1667, destiné à Colbert, « Advis de César d'Arçons, Sur les Mines Métalliques dont il a eu la direction pour le Service du Roi : & quelques Remarques de Physique qu'il en a faites. » et repris en totalité dans l'ouvrage de M. Gobet « Les Anciens Minéralogistes du Royaume de France », 1779 :

« VII.
De la Mine de Couvise ou de Peyre couverte.
lacanal Il se trouve quantité d'autres mines, tant de cuivre que de plomb & même d'antimoine dans le même pays des Corbières ; & particulièrement à Auriac, à Cascastel, & à Paleyrac, où les grands travaux qu'on y a fait autrefois dans un long valon nommé le champ des mines, paraissent encore en plusieurs endroits par la profondeur des ouvertures taillées dans le roc, par les décombrements, par les marcasssites & par la matière même qui s'y trouve parmy. »
César d'Arçons fait ensuite une longue description de « roignons » (bloc en forme de lentille) qu'il a extraits de la montagne et qui correspondent très probablement au site actuel de la Bousole dont le minerai d'antimoine se présentait ainsi. Il continue par :
« Les susdites ouvertures qui ont été faites en plusieurs endroits de la montagne au pied de laquelle étaient ces roignons : un petit filon qui en sort de même matière qu'eux & un gros filon d'Albezon (2) jaunâtre qui en sort aussi & qui communiquaient tous deux avec le troisième roignon, montraient clairement lorsqu'on fit quitter ce travail, que le corps de la mine n'est pas loin de là dans cette montagne, & qu'elle s'y trouvera plus riche et plus abondante.
Ce qui résulte encore plus particulièrement de celle des ouvertures susmentionnées qui est la plus proche, appelée le canal par les gens du pays, & tenue de tous comme un Ouvrage des anciens romains. Cent mille francs n'en feraient pas faire à présent un pareil. Il est au pied de la montagne, tout creusé dans le roc, ayant six pieds de haut & autant de large. J'y suis entré jusqu'à 350 pas de profondeur à plain-pied. Les personnes qui me conduisaient & qui y avaient été vingt ans auparavant reconnurent aux grands décombrements qu'on y voit rangés à droite & à gauche & qui bouchent d'autres ouvertures, qu'on y avait depuis beaucoup travaillé. Elles me firent remarquer dans ce fond une autre ouverture qui descend du sommet de la montagne
où elle apparaît en effet quoique bouchée & qui a par conséquent plus de 200 toises de profondeur. Il est évident que c'est par là qu'on avait ouvert cette mine, & que la basse ouverture où j'étais entré, est l'arbistol que l'on fit pour faire sortir les eaux qu'on y rencontra & qui en sortent toujours depuis comme une grosse source, à laquelle l'on avait aussi creusé dans le roc au fond de l'arbistol durant environ 50 pas, un canal large d'un pied & tout couvert de pierres plates afin qu'elle n'empêchât pas le travail. La grandeur de cet ouvrage & le reste de matière qui s'y trouve en quelques endroits, montre que c'était une mine d'argent. S'il y avait encore quelque chose à faire, l'on en pourrait tirer tout le décombrement avec un petit bateau qui en porterait plus d'une charretée à chaque fois, & qu'un homme seul conduirait juqu'a 50 pas hors de l'entrée. Car la source qui en sort sans jamais tarir, est si abondante, qu'étant arrêtée au dehors, elle donne dans une heure deux pieds en hauteur jusqu'à 250 pas au dedans »



Inutile de faire de commentaire...

Le lecteur pourra apprécier cette longue description très fine de la mine de La Canal, deviner une raison des rainures creusées à l'extérieur de la galerie et comprendre l'intérêt un siècle plus tard de Dubosc ou Pailhoux pour cette mine dont le coeur n'est plus connu depuis le Moyen-âge. (Cliquer ici pour en savoir plus sur les mines de Palairac, ici pour la mine de La Canal)
Il est à noter que César d'Arçons développe au chapitre suivant (le VIII) des propos sur les échanges thermiques entre l'air et l'eau, pas trop inexacts, après avoir constaté, toujours dans la galerie de Lacanal, que l'eau en sortait plus que tiède alors qu'elle jaillit froide au fond de la galerie. Phénomène "étrange" qui ne se produit plus aujourd'hui ...

Gérard de Sède a peut-être été cependant induit en erreur par une inexactitude d'un auteur réputé plus sérieux.

En 1880 Louis Fédié, érudit audois, sort son livre "Le Comté de Razès et le diocèse d'Alet". Le chapitre sur Couiza porte en sous-titre différents noms ancestraux de ce village : Cuvicianus -Cousanum - Couisan. L'auteur commence son texte par l'histoire du prieuré de Couiza, indiquant que l'abbaye de Lagrasse créa dès son origine des prieurés ou "cellae". Au deuxième paragraphe il précise :

"Une charte de Charles-le-Chauve, datée du 25 octobre 876, confirme, en faveur de l'abbaye de Lagrasse, trois prieurés qu'elle vient de fonder dans le comté de Razès, savoir :
à Covicianus. - COUIZA
à Buziniacus. - BOUISSE
à Palairacus. - PALAYRAC"


Pourquoi trouve-t-on déjà en titre Cuvicianus et dans le passage cité Covicianus (réédition Lacour, 2002) ?
Mais surtout le texte cité, faisant référence à cette charte de Charles-le-Chauve, datée effectivement du 25 octobre 876, ne concerne nullement Couiza près d'Espéraza, mais Couize près de Palairac.

Voici le texte de cette charte, en latin, d'après GeorgesTESSIER - Recueil des actes de Charles II le Chauve (840-877), Paris 1943-1955.
"In nomine sancte et individue Trinitatis. Karolus ejusdem Dei omnipotentis misericordia imperator augustus. Si servorum Dei petitionibus aurem nostre serenitatis accommodamus et antecessorum nostrorum morem sequimur, et ob id presentem vitam facilius transigere et futuram adipisci nullo modo dubitamus. Nouerit itaque omnium fidelium sancte Dei Ecclesie nostrorumque, tam presentium quam et futurorum, industria quoniam Songfredus abbas monasterii sancte Marie de loco qui dicitur Urbionis, sito in confinio Narbonensi et Carcassensi, ad nostram accessit clementiam, deprecans ut super donationes, emptiones vel alias adcquisitiones rerum ad jam dictum locum pertinentium nostrum pro firmitatis gratia superaddidissemus praeceptum. Precipientes igitur jubemus ut omnes ville, id est Buciniacus et Palairacus Cuvicianus et Mansiones et Villare Singulana cum omnibus possessionibus ad prefatum locum, in quibulisbet comitatibus sint, in eodem loco juste et rationabiliter per hoc nostrum preceptum permaneant, et ecclesie que in villas eorum sunt in eadem potestate similiter permaneant, et immunitatem etiam nostram similiter habeant sicut in nostro veteri precepto continetur. Et ut hoc ita juste conservetur, manu nostra subter firmavimus et anulo nostro insigniri jussimus.
Signum Karoli (Monogramma) gloriosissimi imperatoris Augusti.
Audacher notarius ad vicem Gaudini recognovit.
Data VIII kl. novembr., indictione decima, anno XXXVII regni domini Karoli imperatoris in Francia et imperii ejus primo. Actum Elidione villa. In Dei nomine feliciter. Amen."


Les villages, et non prieurés ou cellae, cités sont Bouisse (Businiacus), Palairac (Palairacus), Couize (Cuvicianus), Maisons (Mansiones) et un village non indentifié "Villare Singulana".
Ces villages avaient la particularité de posséder des ressources minières. Proche l'un de l'autre (sauf Bouisse, un peu plus éloigné), ils firent partie d'un même lot, minier, donné par Charles-le-Chauve à l'Abbaye Sainte Marie de Lagrasse.
Certains historiens (A.-M. Magnou et E. Magnou-Nortier) considèrent cet acte comme un faux : il daterait du début du XIIème siècle.
En effet les moines de l'Abbaye de Lagrasse n'ont pas hésité à faire des faux, ou plutôt des faux "vrais", pour faire valoir leur droit notamment par rapport aux seigneurs de Termes, qui revendiquaient la possession des mines du Termenès. Le traité est donc probablement faux (réalisé au XIIème), mais pour faire valoir des droits réels (datant du IXème).

A vrai dire, si l'on n'y fait pas attention, il est facile de confondre dans les textes les deux villages de Couize et Couiza, partageant tous deux la même origine toponymique et s'écrivant à certaines époques, en latin ou en français, de la même manière ou quasiment (les u, v, s ou z prêtant à confusion).
Ci-dessous les entrées correspondantes du Dictionnaire Toponymique de l'Aude de l'Abbé Sabarthès :

couiza

Cela expliquerait la confusion de certains entre Couize et Couiza, les mines d'argent de la première n'existant pas dans la seconde.
Est-ce la cause de l'erreur de Gérard de Sède, dans son "Rennes-le-Château, le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses", au sujet de la mine de La Canal à Palairac, dite encore de Couvise ou Peyrecouverte, qu'il situe près de Couiza à Blanchefort ? ...

Louis Fédié a aussi lancé l'idée que l'antique Rhedae était Rennes-le-Château. Plusieurs historiens pensent aujourd'hui que l'ancienne cité pourrait être plutôt Limoux. Plus exactement au nord ouest de Limoux se situerait le lieu appelé Redda, accessible par Les Pontils et sis sur la colline de La Canal (cf. excellent site sur Limoux de Gérard Jean : chemin des Pontils) ...
Ne pas faire de déduction erronée concernant Palairac : tout cela n'est dû qu'au hasard des noms ...

Notes :

(1) Ce livre de Gérard de Sède est cependant intéressant, notamment par son développement sur les impostures créées par Pierre Plantard et son soi-disant "Prieuré de Sion". Voulant dénoncer les manipulateurs, pourquoi de Sède s'est-il aussi lourdement trompé dans ce passage sur les mines, au point de paraître identique à ceux qu'il dénonce ?

(2) Probablement veine de gangue quartzique ou barytique.